Édouard Dumortier : « La crise sanitaire va accélérer l’économie collaborative »

Le 1 février 2021

Co-fondateur d’AlloVoisins, l’un des leaders français du marché des services entre particuliers (3,6 millions de membres), Édouard Dumortier a publié en septembre 2020 un essai sur "le futur de l'économie collaborative". Ce modèle économique où l'usage remplace la propriété est selon lui une tendance de fond qui va s’accélérer avec la crise du covid-19. L'économie collaborative favorise la solidarité, l’entraide entre les habitants et la création de lien social. Et sur le plan écologique, elle prend soin de la planète en nous incitant à développer une consommation locale, plus durable et plus responsable.

Quel impact aura la crise sanitaire sur le développement de l’économie collaborative ?

Je fais partie ce ceux qui pensent qu’on ne vit pas une succession de crises mais plutôt un changement d’ère civilisationnelle marqué par de grands bouleversements (économique, géopolitique, financier, écologique, etc.). La pandémie de 2020 en fait partie. Il y aura un « avant » et un « après », laissant place à une ère nouvelle. Et ma conviction, c’est que cette crise sanitaire va accélérer l’économie collaborative, qui répond en partie aux enjeux de ce nouveau monde en émergence.

Pourquoi l’économie collaborative s’inscrit-elle dans ce nouveau monde ?

Ce mouvement qui prône la valeur d’usage par rapport à la propriété s’inscrit dans cette nouvelle ère. Cela ne change pas ce qu’on consomme, mais la façon dont on va consommer. Nous sommes avant l’âge d’or, nous sommes encore des pionniers et des défricheurs. Ce que l’on voit aujourd’hui, c’est que l’économie collaborative gagne du terrain, se démocratise de plus en plus à la faveur de la crise sanitaire inédite que nous vivons.

L’économie collaborative favorise la solidarité, l’entraide entre les habitants ou encore la consommation locale. Sur le plan social, elle est un vecteur de vivre-ensemble ; sur le plan écologique, elle prend soin de la planète en nous incitant à développer une consommation locale, plus durable et responsable.

La France est plutôt en pointe dans ces pratiques collaboratives, avec des usages très importants sur les plateformes comme Airbnb, Blablacar, Le Bon coin, etc.

Qu’est-ce que l’État ou les collectivités locales pourraient faire pour accompagner ce mouvement de fond ?

Les pouvoirs publics doivent soutenir l’essor de l’économie collaborative et ne pas entraver son développement économique en mettant de digues fiscales ou administratives.

L’État doit accompagner ce mouvement, en adaptant, par exemple, le système social français pour répondre aux fortes mutations dans le monde du travail.

Même si le CDI a encore de beaux jours devant lui, notamment pour des fonctions à haute valeur ajouté, de plus en plus de travailleurs recherchent de la flexibilité ou souhaitent se lancer dans l’entreprenariat. Chaque citoyen, en plus de son numéro de sécurité sociale, pourrait avoir un numéro de SIRET pour encourager les initiatives. L’entrepreneur devrait aussi avoir droit au chômage, l’administration devrait mieux reconnaître le droit à l’erreur.

Dumortier É., Le futur de l’économie collaborative, 2020, Hermann.

×
×

A lire aussi