Revue

Dossier

Développer l’intelligence collective au service de la délibération publique

Le 16 août 2020

« En politique, ce qu’il y a souvent de plus difficile à apprécier et à comprendre, c’est ce qui se passe sous nos yeux », écrit Tocqueville, politiste, précurseur de la sociologie et observateur averti de l’enfance de nos démocraties contemporaines. Ouvrir grand les yeux pour comprendre ce qui arrive ici et maintenant, mettre à bonne distance les évènements, savoir les interpréter pour explorer des formes nouvelles de la délibération publique, c’est la démarche ambitieuse de CitizenCampus.

 

Démarche à laquelle j’ai spontanément adhéré. Parce que je suis convaincu qu’il y a urgence à penser de nouvelles manières de faire de la politique en démocratie, en considérant qu’il n’existe pas de système de représentation absolue des citoyens. Le contexte actuel de crise de légitimité des institutions, de défiance vis-à-vis des élus, d’indifférence voire de radicalisation des attitudes, doit nous pousser à changer profondément nos processus de décisions politiques : les élus et les experts ne peuvent plus être les seuls décideurs. Une formation pionnière telle que CitizenCampus peut nous aider à développer et diffuser des méthodes d’intelligence collective et de décision partagée pour éclairer les controverses posées par le progrès scientifique.

 

Cette formation est un lieu où l’on apprend à respecter la diversité dans les modes d’expression, à être en capacité de favoriser l’émergence d’expertise pluraliste et de rendre compte de la décision prise.

Alors oui, CitizenCampus est une formation où l’intelligence collective résonne avec la délibération publique comme avec notre territoire Grenoblois, un marqueur universitaire d’une identité locale.

CitizenCampus résonne d’abord avec la culture scientifique et technique du site : Grenoble s’est construite, depuis l’exposition universelle de la houille blanche en 1925 jusqu’à aujourd’hui, autour de l’innovation technique et de la recherche de haut niveau.

CitizenCampus résonne ensuite avec la culture de l’implication citoyenne : Grenoble exergue les valeurs de l’héritage du siècle des Lumières. La ville est à la fois le Berceau de la révolution, le lieu de la création des premières mutuelles au 19e s., la ville compagnon du maquis, du premier planning familial en France, des premières expériences d’autogestion à la Villeneuve au 20e s. 

CitizenCampus résonne enfin avec les défis d’aujourd’hui et notamment celui de l’urgence climatique dans un monde dont on connaît les limites, et de l’ambition grenobloise de porter des dynamiques de transition écologique et de justice sociale.

Je suis intervenu auprès des étudiants à la création de ce programme de formation. J’ai apporté le témoignage de mon expérience d’élu sur les enjeux portés par nos systèmes de décision politique, sur les inévitables tensions entre la démocratie représentative et la démocratie participative, sur les questions de la représentation scientifique (la chose représentée) et de la représentation politique dans le processus de décision.

En cherchant toujours à « se placer du point de vue de l’autre », nous avons beaucoup échangé avec les étudiant(e)s, sur les questions des échelles, du local et du global, sur les réseaux d’acteurs engagés, sur la dimension collective de l’action individuelle, sur la place de la nature comme sujet de droit…  sans jamais chercher de coupable, mais toujours avec le désir de trouver des solutions sur les processus délibératifs, ces moments de dialogues intensifs furent passionnants.

Notre territoire est fait de milliards de connexions qu’il faut savoir déchiffrer. Aujourd’hui, les enjeux sont vitaux, dans notre société surinformée et soumise à la tyrannie de l’immédiateté, nous avons besoin d’espace de formation tel que CitizenCampus pour penser les lendemains des transitions brutales qui s’annoncent.

Concluons avec Nietzsche « ceux qui dansent sont pris par des fous par ceux qui n’entendent pas la musique », CitizenCampus donne des oreilles pour regarder les danseurs !

×
×

A lire aussi