Revue

Dossier

Le social dans les campagnes : une proximité approximative pour des territoires plus sociables ?

Le 14 février 2020

Fort de son expérience de médiateur de proximité en milieu rural au sein d’un relais services publics (RSP), l’auteur interroge le décalage observé sur le terrain entre un discours institutionnel revendiquant la proximité de service et des pratiques où des distances persistent entre les acteurs locaux.

Résumé

Cet article propose d’aborder la question de la proximité depuis la perspective des territoires ruraux, où le sujet est particulièrement sensible. Les faibles densités de population et de services dans ces territoires induisent, en effet, une propension forte à l’isolement et au non-recours aux droits sociaux.

À partir des résultats d’une recherche-action de cinq ans, conduite dans le cadre d’une thèse CIFRE1, au sein d’un service de médiation de proximité, l’article interroge le décalage observé sur le terrain entre un discours institutionnel revendiquant la proximité de service, et des pratiques où des distances persistent entre les acteurs locaux, particulièrement avec les plus vulnérables.

En distinguant la proximité objective (géographique, temporelle) de la proximité subjective (relationnelle), et en rendant compte des attentes fortes des habitants fragilisés quant aux modalités de la seconde, il est proposé d’envisager un renforcement de la sociabilité dans les dispositifs d’intervention sociale, devenus très techniques. Le concept de « territoire sociable », reposant d’abord sur l’art de composer des liens sociaux, est alors esquissé comme possible principe d’organisation pour les acteurs territoriaux.

La proximité dans le social : un impératif pratique ou une injonction institutionnelle ?

La recherche-action dont je vais rendre compte s’est tenue entre 2013 et 2018, sur un terrain où la question de la proximité de services est particulièrement sensible. En effet, j’ai pu, durant quelques années, travailler comme médiateur de proximité en milieu rural au sein d’un relais services publics (RSP)2. Ma mission consistait alors à relayer l’offre de services d’opérateurs sociaux comme Pôle emploi, la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ou la Caisse d’allocations familiales (CAF), dans un territoire rural où les permanences de ces opérateurs avaient disparu. Une mission qui était encouragée financièrement par l’État depuis 2006, pour lutter contre le non-accès aux droits et aux services sociaux dans les campagnes, où les plus vulnérables sont particulièrement exposés à ce phénomène induisant isolement et pauvreté3.

Depuis au moins trente ans, comme le rappellent Marie-Christine Bureau et Ivan Sainsaulieu, une véritable « rhétorique de la proximité » habite les politiques sociales en France.

Le recours à la notion de proximité pour renforcer l’action sociale est bien entendu plus ancien que la création des RSP. « Depuis au moins trente ans, comme le rappellent Marie-Christine Bureau et Ivan Sainsaulieu, une véritable “rhétorique de la proximité” habite les politiques sociales en France. L’idée que la connaissance des problèmes à traiter est meilleure au niveau local et que les décisions prises sont plus justes lorsqu’elles sont en circuits courts, semble aujourd’hui faire consensus4 ». Pour Jean-Marc Weller, l’idée de proximité constitue l’une des revendications les plus récurrentes des politiques de modernisation de l’État. Cette proximité deviendrait « la promesse d’une meilleure appréhension des situations et des besoins des populations, à la fois plus souple et plus satisfaisante pour les personnels et leurs destinataires, comme si, pour agir, il fallait dorénavant coller aux situations réelles des “vrais gens” » 5.

Plus encore, selon Weller, « c’est le principe de proximité qui entend inspirer l’action administrative et modifie la texture des règles. Il la change à la fois dans sa matérialité (catégories inédites, individualisation des droits) et dans son esprit (souci d’équité) » 6. Isabelle Astier parle, quant à elle, d’un « impératif de proximité », désormais incontournable dans l’action publique et se traduisant par tout un vocabulaire ou des concepts avec lesquels se familiarisent de plus en plus les acteurs de l’intervention sociale : « projet », « contrat », « participation », « partenariat », « concertation », « évaluation », « compétence », « utilité sociale », « empowerment », etc. ; bref, selon Astier, l’État se veut de plus en plus proche de ses populations et attentif aux particularités des situations locales7.

Mais derrière les aspects incontestablement positifs de cette proximité, il ne faut pas minimiser ses incidences et ses incertitudes d’un point de vue pratique. Jean-Marc Weller dit, par exemple, que la mise en application du principe de proximité, et notamment du rapprochement physique entre les agents et les usagers, peut permettre un travail plus fin des agents mais aussi plus complexe : « Au traitement des dossiers proprement dit se superpose désormais un impératif de négociation et de clarification, au téléphone ou au guichet, dont l’agent faisait auparavant l’économie, abrité dans un bureau sans contact avec l’extérieur8 ». L’action de l’intervenant social doit, de plus en plus, être celle d’un professionnel « sur mesure », pour pouvoir répondre à des demandes toujours plus diversifiées et singulières émanant des publics. Les travailleurs sociaux se font de plus en plus « médiateurs », et leur traditionnelle « assistance » laisse place à un « accompagnement personnalisé » 9. Or, comme l’a très bien analysé Jacques Ion, le « défaut d’offre réelle » dans les relations d’échange contraint alors les intervenants sociaux à user de leur personne, devenu leur principale ressource, pour répondre aux demandes des usagers10.

Ces constats confirmaient, à mon sens, l’importance d’investir ce sujet dans des territoires où, comme les campagnes françaises, cet impératif de proximité se heurte à une réalité géographique et sociale, source d’isolement. Cela d’autant plus que, à l’exception de quelques travaux11, ces sujets ont été très peu travaillés par la recherche universitaire.

Dans la pratique : entre proximité et distances

Mes années de pratique professionnelle de la médiation sociale m’ont permis d’observer toute la complexité que recouvre l’exercice de la proximité. Dans ma recherche, j’ai voulu décrire toutes les tensions auxquelles sont confrontés les intervenants sociaux du territoire, partagés entre leur objectif de retisser le lien social avec les plus vulnérables et des contraintes maintenant des distances entre les différents acteurs.

D’abord, et bien que cela fasse consensus aujourd’hui, il est essentiel de rappeler combien la complexité du droit et du système de protection sociale français engendre des ruptures avec beaucoup de nos concitoyens, notamment les plus vulnérables. Paradoxalement, bien que cette complexité soit reconnue, une forte injonction à la responsabilisation et à l’autonomisation des usagers12 anime aujourd’hui encore les dispositifs d’intervention sociale, dans l’esprit de la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale13.

Dans ces réseaux les connexions se croisent et se décroisent, s’activent ou se bloquent par différentes voies : formulaires papiers ou numériques, plateformes téléphoniques ou correspondances écrites, etc., que l’on transmet soi-même ou via certains intermédiaires.

Les citoyens les plus vulnérables doivent se confronter à cette complexification croissante de l’intervention sociale, dans un contexte où, par ailleurs, la relation dématérialisée avec l’usager est de plus en plus privilégiée sur la relation physique. Or, comme le rappelle Vincent Dubois, « la rencontre avec un guichetier est d’autant plus nécessaire que sa situation est complexe ou instable, que la maîtrise du langage administratif fait défaut ou que le besoin de réassurance est important » 14.

Mais ce qui m’a marqué dans les premières discussions que j’ai pu avoir avec les habitants fréquentant mon service, c’est l’importance qu’ils accordaient, non pas tant à leurs propres problèmes (faiblesse des revenus, éloignement géographique, handicaps divers, etc.), qu’à la forme que prenaient (ou devraient prendre) leurs relations aux différentes entités du réseau présenté ci-dessus. Ce qui ressortait très régulièrement dans les discours, était des critiques faites à l’égard des plateformes téléphoniques, jugées déshumanisantes ; de courriers incompréhensibles ; de dossiers renvoyés entièrement parce qu’incomplets, mais aussi de paroles de certains travailleurs sociaux perçus comme des « juges », ou d’agent d’accueil au temps très contraint. À titre illustratif, quelques extraits de mon journal de terrain :

5 mai 2014 :

« Stan me rappelle. Il est en train de faire du stop pour aller sur Cluny pour pouvoir récupérer sa méthadone. Il est assez énervé. Je ne comprends pas grand-chose à ce qu’il me dit. Ses paroles sont toujours aussi décousues que d’habitude et le bruit des voitures perturbe aussi nos échanges. Je comprends progressivement qu’il est sans nouvelle de Géraldine, son assistante sociale, au sujet de sa CMU. Il me dit également que son RSA a baissé sans qu’il ne sache pourquoi, et qu’il n’a pas de nouvelle de son APL.

Il peste aussi contre la bénévole avec qui je l’avais mis en lien pour son déménagement et le CCAS : “Alors ouais elle est gentille hein, elle m’a aidé… mais qu’est-ce qu’elle était conne, à me dire des trucs du genre : ‘Ah mais y’a un chien, c’était pas prévu !’ Bah oui ben c’est comme ça… puis si elle m’avait pas stressé comme ça j’aurais pas oublié mes clefs et on se serait pas retapé un aller-retour quoi ! […] Puis c’est bon… le CCAS, il faut qu’ils arrêtent aussi, à me relancer pour les rembourser, ils pensent que je vais les voler ?! T’as qu’à leur dire que je suis bien désolé mais que j’ai pas trop le choix avec mes horaires ! Je peux pas passer quand ils sont dans leurs bureaux ! Tu vois je suis franchement dégoûté, j’aurais été un pauvre clochard alcoolique on m’aurait tout donné et là rien du tout.” »

Un ressentiment que l’on observe aussi vis-à-vis d’autres services de proximité, par exemple, médicaux :

10 février 2015 :

« M. Dubois : “Les dentistes, les médecins, ils veulent pas s’occuper des rescapés comme nous. Ils nous traitent comme des chiens ! Le dentiste là, j’en avais plein la gueule il m’a même pas laissé craché ! Il m’a dit : ‘Avale !’ Comme ça !

Il m’a dit que c’était gratuit pour moi… C’est pas vrai, c’est pas gratuit ! Il se fait de l’argent sur mon dos et le dos de l’État. Tu sais, j’en dors pas depuis trois jours… C’est des gens, ils passent tout sur nous, sur les plus faibles, parce qu’ils ont aussi leurs problèmes et ils savent pas sur qui d’autres les passer… Nous on dira jamais rien bien sûr…” »

On sent dans ces deux exemples combien, lorsqu’une personne est en situation de vulnérabilité, il peut lui être difficile de s’exposer à des relations d’aide ou de soins, dans lesquelles cette vulnérabilité sera rendue d’autant plus visible. Les intervenants sociaux doivent alors redoubler de diplomatie15 pour ne pas affecter la relation à l’usager et pouvoir maintenir le contact.

Ces constats m’ont permis de comprendre la différence qu’il peut y avoir entre une proximité dite « objective » et une proximité plus « subjective ». Cette distinction est proposée par Laville et Nyssens, pour qui « la proximité objective est définie par des critères objectifs d’espace et de temps ». La proximité subjective, quant à elle, renvoie à une relation entre le prestataire et l’usager qui est déterminante pour la qualité du service, comme c’est le cas des services aux personnes. Dans cette relation, « où l’on rentre dans l’intimité des usagers et où l’on interfère avec leur vie personnelle » la confiance y alors est essentielle16.

Il ne suffit donc pas d’opérer des rapprochements géographiques pour que la proximité d’un service soit effective. Les moyens, le temps et le soin accordé à la relation y sont essentiels. Or, on sait que les travailleurs sociaux disposent de moins en moins de temps à dédier à cette relation, notamment du fait du nombre important de personnes à suivre, mais aussi parce qu’ils ont à répondre à d’autres injonctions, notamment administratives et évaluatives. La baisse du nombre de visites à domicile effectuées par les travailleurs sociaux, visant à optimiser leur temps, témoigne de cet éloignement symbolique et pratique à l’égard des usagers.

Dès lors, il m’a semblé important d’accentuer une partie de mes analyses sur les entraves organisationnelles faites à la sociabilité des intervenants sociaux vis-à-vis des usagers. Cette analyse m’a conduit à développer le concept de « territoire sociable », que je vais succinctement présenter en guise de conclusion, visant à réinterroger l’intervention sociale de proximité.

Des institutions sociales aux territoires… sociables ?

Un territoire sociable est un territoire où la réflexion et l’action sur les liens, touchant tout autant des habitants que des professionnels, des organisations ou des institutions, etc., sont rendues centrales.

D’abord, pour rendre accessibles les droits sociaux et les services publics dans les territoires ruraux. Cet objectif d’accessibilité implique pour les acteurs d’un territoire de penser le maillage de leur présence et d’aller à la rencontre des habitants vulnérables. Ce maillage doit rendre perceptible des situations aujourd’hui invisibles, permettre l’écoute d’expressions muettes, débordant parfois le cadre de l’intervention mais pouvant, moyennant traduction17, s’inscrire dans les réseaux et les chaînes de médiation qui permettront à ces personnes de refaire société18. Ces médiations peuvent être réalisées par des intervenants sociaux professionnels, mais aussi ceux que j’ai nommé les « médiateurs ordinaires » 19 : des profanes du social qui peuvent tout autant être des bénévoles associatifs, des élus ou des proches de personnes en situation de vulnérabilité20. Ces médiateurs ordinaires sont autant de porte-parole21 pouvant se faire relais de l’intervention sociale, à condition qu’ils soient étayés dans leurs actions. Ainsi, le maillage de proximité de l’intervention sociale s’en trouverait renforcé, à la fois objectivement et subjectivement.

Ces « autrui-significatifs » participent également à la convivialité d’un territoire22 et de ce fait, permettent un certain déplacement vis-à-vis d’une intervention sociale parfois stigmatisante23 et dont le sens peut être difficile à percevoir pour les citoyens. Tout l’enjeu de cette coopération serait alors d’allier les techniques curatives des intervenants sociaux à la sociabilité de ces médiateurs ordinaires, pour développer une intervention sociale à la fois efficace sur le plan des droits et en phase avec les différentes subjectivités qu’elle rencontre.

Une telle organisation peut amener une meilleure connaissance des fragilités de certains habitants, mais aussi la prise en compte de leurs attentes et de leurs capacités. L’un des rôles essentiels que j’identifie, pour les acteurs des territoires sociables, est d’être le liant entre ces capacités et les besoins des acteurs des organisations, des collectifs ou d’individus situés en proximité. Durant cette étude, il a été, par exemple, très troublant d’observer, simultanément, les effets physiquement et psychiquement destructeurs du chômage sur certaines personnes, et la quantité de travail, utile socialement, qui n’est aujourd’hui pourvue ni par le marché, ni par les services publics. La vision à la fois globale et fine dont disposent les acteurs des territoires pourrait permettre d’ajuster ces besoins et les capacités des habitants, dès lors qu’une attention est aussi portée sur leurs possibilités réelles d’être exercées24.

Cette attention permanente aux différents liens à l’œuvre ou à activer sur un territoire, nécessite bien sûr quelques moyens. Des moyens d’ingénierie, mais pas seulement, puisqu’il s’agit en l’occurrence de faire en sorte que chaque acteur puisse consacrer à ces liens de la valeur, du temps, de l’énergie et surtout du sens pour ses pratiques. La complexité que recouvrent les situations sociales mérite, de mon point de vue, que du temps soit consacré à l’analyse des pratiques, à des apprentissages collectifs, et plus largement à la réflexion sur ce qu’est l’intervention sociale d’un territoire. Cette réflexivité organisationnelle25 pourrait être un bel espace de rencontres entre les acteurs de terrain et les sciences sociales, voire l’objet d’une nouvelle forme de recherche ancrée perpétuellement dans la vie locale. Une recherche impliquée, qui pourrait contribuer à donner du sens aux ajustements permanents et aux innovations qu’ont à accomplir les acteurs de proximité de ces territoires constamment en mouvement.

Pour aller plus loin

  • Chevrot B., De l’isolement social aux territoires sociables : Recherche impliquée sur l’intervention sociale en milieu rural, à l’épreuve de l’innovation territoriale, thèse, 2018, Lyon 2, https://tel. archives-ouvertes.fr/
  • Laville J.-L. et Catani A. D. (dir.), Dictionnaire de l’autre économie, 2006, Folio.
  • Pagés A., La pauvreté en milieu rural, 2005, rééd. 2011, PUM.
  • Weller J.-M., « Le travail administratif, le droit et le principe de proximité », L’Année sociologique 2003/2, vol. 53, p. 431-458.
  1. Conventions industrielles de formation par la recherche.
  2. Devenu Maison de services au public, qui deviendra Maison France services
  3. Warin, P., L’accès aux droits sociaux, 2006, PUG.
  4. Bureau M. C. et Sainsaulieu I. (dir.), Reconfigurations de l’État social en pratique, 2011, PU Septentrion, p. 20.
  5. Weller J.-M., « Le travail administratif, le droit et le principe de proximité », L’Année sociologique 2003/2, vol. 53, p. 34.
  6. Ibib., p. 83.
  7. Astier I., Sociologie du social et de l’intervention sociale, 2010, Armand Colin, p. 21-22.
  8. Weller J.-M., « Le travail administratif, le droit et le principe de proximité », art. cit., p. 155.
  9. Astier I., Sociologie du social et de l’intervention sociale, op. cit.
  10. Ion J., Le travail social au singulier, 2006, Dunod, p. 101 et 121.
  11. Pagès A., La pauvreté en milieu rural, 2005, rééd. 2011, PUM.
  12. Soulet, M.H., « Vers une solidarité de responsabilisation ? », in Ion J. (dir.), Le travail social en débat(s), 2005, La découverte.
  13. L. n2002-2, 2 janv. 2002.
  14. Dubois V., La vie au guichet, 1999, rééd. 2010, Economica, p. XV.
  15. Laval C. et Ravon B., « Relation d’aide ou aide à la relation ? », in Ion J. (dir.), Le travail social en débat(s), op. cit.
  16. Laville J. L. et Nyssens M., « Services de proximité », in Laville J. L. et Cattani A. D., Dictionnaire de l’autre économie, 2006 rééd., 2008, Folio, p. 562.
  17. Callon M., « Éléments pour une théorie de l’acteur-réseau. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique 1986, n36, p. 169-208.
  18. Latour B., « Ces réseaux que la raison ignore », in Jacob C. et Baratin M., Le pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres dans la culture occidentale, 1996, Albin Michel, p. 23-46 ; Hennion A., La passion musicale. Une sociologie de la médiation, 1993, rééd. 2007, Métailié.
  19. Chevrot B., De l’isolement social aux territoires sociables : Recherche impliquée sur l’intervention sociale en milieu rural, à l’épreuve de l’innovation territoriale, thèse, 2018, Lyon 2, https://tel. archives-ouvertes.fr/
  20. Chevrot B., « De la recherche appliquée à la recherche impliquée : témoignage d’un apprenti chercheur-acteur », Horizons publics été 2018, hors-série, p. 44-53.
  21. Callon M., « Éléments pour une théorie de l’acteur-réseau. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », art. cit., p. 169-208.
  22. Illich I., La convivialité, 1973, Seuil ; Caillé A., Élément d’une politique convivialiste, 2016, Le Bord de l’eau.
  23. Goffman E., Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, 1975, Éditions de Minuit.
  24. Sen A., Repenser l’inégalité, 2000, Points.
  25. Herreros G., La violence ordinaire dans les organisations. Plaidoyer pour des organisations réflexives, 2012, Éres.
  26. Voir la légende détaillée dans Chevrot B., De l’isolement social aux territoires sociables : Recherche impliquée sur l’intervention sociale en milieu rural, à l’épreuve de l’innovation territoriale, op. cit.
×
×

A lire aussi