Acculturer les décideurs publics et privés à la participation citoyenne

Le 5 mars 2019

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le processus du Grand débat national est à mi-chemin dans sa réalisation. Ce sont, pour le moment, plus de 8 000 réunions locales qui ont été déclarées et 175 000 personnes qui ont contribué sur le site dédié (en répondant aux questions rapides proposées par le site ou en soumettant une proposition dans les quatre formulaires thématiques).

Ces chiffres, qui impressionnent par leur ampleur, sont une expression de la volonté des Français à être plus, et mieux, impliqués dans les décisions qui les concernent. Les citoyens sont attachés à notre démocratie et ils souhaitent de plus grandes interactions avec elle. Plus de 53 000 contributions ont été formulées sur le thème « démocratie et citoyenneté ». Qui a dit que les Français n’avaient plus d’attachement pour leur démocratie ? S’il est évident que toutes les contributions n’ont pas le même niveau d’aboutissement, nous pouvons toutefois en tirer une conclusion majeure : entre démocratie à éclipse et démocratie continue, les citoyens ont fait leur choix.

Du côté des décideurs politiques, dont nous faisons partie, cette attente a été entendue. Il est désormais temps de la soutenir pour vivifier notre démocratie et répondre à ces aspirations.

Notre engagement au sein de Décider ensemble et dans nos parcours politiques respectifs, témoigne de cette volonté à aller vers plus de dialogue. Nous sommes convaincus que les grands choix de société, qui sont engagés aujourd’hui en impliquant les générations futures, ne peuvent plus se faire sans la prise en compte de l’avis citoyen. Les défis auxquels nous sommes confrontés, qu’ils soient démocratiques, environnementaux ou encore sociaux, appellent des réponses communes faisant l’objet de consensus au sein de la société.

Notre capacité à dessiner un projet d’avenir, porteur de l’intérêt général, repose sur un double mécanisme. Il s’agit, d’une part, de reconnaître aux citoyens une capacité à prendre part à cette dynamique, en leur laissant une place de choix dans l’élaboration des politiques publiques. Il s’agit, d’autre part, d’acculturer les décideurs, qu’ils soient publics ou privés, aux dispositifs de participation et à leur intérêt.

L’ingénierie de la participation est réelle : nous disposons de tous les outils nécessaires à une participation efficace des citoyens. Ce qui fait défaut, en réalité, c’est une meilleure connaissance de ces dispositifs et leur mise en visibilité. C’est à travers l’administration de la preuve que la participation est utile et faisable que nous réussirons à lever les freins auxquels elle fait actuellement face.

C’est bien là tout le projet de Décider ensemble. En œuvrant pour une diffusion de la culture de la participation, le think tank entend promouvoir ces mécanismes. Ses différents projets, à l’instar des Rencontres de la participation, des Trophées ou encore de son Observatoire des civic tech, sont autant d’opportunités pour chacun de se former, d’échanger et de faire connaître les bonnes pratiques à l’œuvre en France. Ils n’auront cependant qu’un intérêt limité s’ils ne vous sont pas utiles : emparez-vous de nos productions et rejoignez-nous lors de nos prochains événements.

Les bonnes pratiques existent, l’envie est là, inspirons-nous les uns les autres et expérimentons ensemble de nouveaux modes de faire l’action publique. L’avenir est entre nos mains.

A retrouver dans le dossier
Par
Bertrand Pancher

Bertrand Pancher

Député de la Meuse (Mouvement Radical)

Président de Décider Ensemble