Administration : les méthodes innovantes du Canada

©Fotolia
Le 2 août 2018

Comment penser la trajectoire des agents publics à l’ère numérique ? Comment accompagner la transformation des métiers et le développement de nouvelles compétences dans l’administration ? Sur ces questions, au cœur des enjeux RH, le Canada est peut être une source d’inspiration pour la France.

Dominique Boily, directeur principal des opérations au ministère canadien de l’Environnement, basé à Ottawa, était de passage à Paris à l’occasion des 17es Rencontres internationales de la gestion publique, organisées le 6 juin au ministère de l’Économie et des Finances sur le thème « Le code a changé : quelle gouvernance de l’action publique à l’ère du numérique ? » Il est venu présenter des initiatives et des démarches innovantes en matière de gestion des talents et de développements de compétences dans l’administration canadienne.

Les fonctionnaires canadiens les plus efficaces au monde

Selon l’enquête internationale 2017 « The International Civil Service Effectiveness (InCiSE) » établi par l’Institut pour le gouvernement – un think tank anglais de premier plan –, le Canada figure au premier rang en matière d’efficacité des services publics. Management des ressources humaines, services digitaux, conception des politiques publiques, administration de la sécurité sociale, etc., sont autant de critères retenus dans cet index de référence au niveau mondial pour évaluer l’efficacité des services publics. Pour parvenir à ce résultat, le Canada a procédé à un changement culturel majeur et a lancé des initiatives innovantes pour moderniser et faire bouger l’administration publique. Et les outils numériques, qui offrent de nombreuses possibilités, ont joué un rôle moteur dans cette transformation.

« Ce sont les agents de la fonction publique canadienne qui feront bouger l’administration du xxie siècle », explique Dominique Boily, qui est aussi chercheur à l’École nationale d’administration publique (ENAP) au Canada.

« Objectif 2020 », pour construire la fonction publique de demain

Le gouvernement a lancé en 2013 un programme ambitieux pour moderniser et renouveler la fonction publique fédérale canadienne qui compte environ 260 000 fonctionnaires. Baptisé « Objectif 2020 », ce programme préconise l’agilité, la collaboration et l’utilisation intelligente de la technologie pour transformer le milieu de travail de l’administration. Il est basé sur quatre principes : un environnement axé sur l’ouverture et la collaboration qui mobilise les citoyens et les partenaires dans l’intérêt public ; une approche pangouvernementale qui améliore la prestation de services et permet d’optimiser les ressources ; un milieu de travail moderne qui utilise intelligemment les nouvelles technologies pour faciliter le réseautage, l’accès aux données et le service à la clientèle ; un effectif compétent, confiant et très performant qui adopte de nouvelles méthodes de travail et qui met à contribution la diversité des talents pour répondre aux besoins en évolution du pays.

Parmi les exemples cités par Dominique Boily lors de sa présentation devant les fonctionnaires français de Bercy, citons la mise en place de www.canada.ca, une plateforme numérique unique donnant accès à tous les ministères du Canada. Un exemple à suivre pour l’administration française… Cette plateforme unique connaît un fort succès au Canada, avec plus de 65 millions de visites, alors que la population du Canada est de 36 millions de personnes.

« Nuage de talents » et « Agents libres du Canada »

Le numérique a aussi servi de levier pour transformer la gestion des ressources humaines dans l’administration fédérale. « Nous nous sommes interrogés sur la force de travail de demain. Comment retenir les meilleurs éléments de la fonction publique, favoriser la mobilité dans l’administration et le développement des compétences », précise Dominique Boily. L’École de la fonction publique du Canada a lancé une plateforme de formation « GCcampus », qui propose des formations gratuites aux fonctionnaires. Cette plateforme compte aujourd’hui 159 000 apprenants sur les 260 000 fonctionnaires. Un autre succès a été le lancement du « nuage de talents » pour favoriser la mobilité entre ministères. Base de données mise à jour en permanence, comprenant des profils de fonctionnaires de qualité, ce « nuage de talents » est utilisé pour dynamiser les recrutements internes. Il permet aussi d’identifier les métiers en pénurie. Le gouvernement a aussi lancé en 2016 les Agents libres du Canada pour permettre de recruter des fonctionnaires sur des missions courtes. Il offre aux fonctionnaires la liberté de sélectionner un travail correspondant à leurs compétences et à leurs intérêts et permet aux gestionnaires de recourir rapidement et facilement aux meilleurs talents.