Les premiers pas de l'administration dans l'intelligence artificielle

Intelligence artificielle
Le 14 juin 2018

Mounir Mahjoubi, le Secrétaire d’État au numérique, a annoncé jeudi 14 juin le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt pour expérimenter l’intelligence artificielle dans les administrations d’État et les opérateurs nationaux de services publics. Objectifs : inciter, soutenir et financer 4 à 5 grands projets d’intelligence artificielle pour améliorer l’efficacité des services publics. Un budget d’1 million d’euros est dédié à cet appel dans le cadre du fonds « Transition numérique de l’État et modernisation de l’action publique » du programme d’investissements d’avenir (PIA).

« Programme d’amorçage pour développer le recours à l’intelligence artificielle pour la transformation des métiers et de l’action publique », tel est l’intitulé du cahier des charges publié le 14 juin, et ouvert jusqu’au 14 septembre 2018. Cette initiative s’inscrit dans la continuité du rapport de Cédric Villani du 29 mars dernier, qui préconisait notamment d'intégrer l'intelligence artificielle dans la conduite des politiques publiques, mais aussi du programme "Action publique 2022" destiné à transformer l'action publique. Les lauréats sélectionnés bénéficieront d'un accompagnement piloté par la direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication de l'État (DINSIC) sur le volet technique et par la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) sur le volet de la transformation métier.

Avec cette expérimentation, nous montrons que l'État aussi est prêt à se saisir du potentiel de l'Intelligence artificielle pour transformer l'administration en profondeur et libérer la créativité de ses agents, afin d'offrir aux citoyens un service public plus performant et proche de leurs besoins », a précisé Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique.

Faciliter le travail d'inspection en développant les algorithmes pour cibler les éléments les plus intéressants à inspecter, aider les magistrats à objectiver leurs décisions en utilisant des méthodes de traitement automatique du langage naturel (NLP), développer des chatbots (agents conversationnels) pour les interactions avec les usagers, utiliser des algorithmes d'analyse d'images ou de vidéos pour repérer des éléments d'intérêt (inventaire de la biodiversité), classifier des grands corpus d'images (gestion des archives photographiques de la culture et du patrimoine)... Les techniques d'intelligence artificielle peuvent s'avérer pertinentes pour améliorer les services publics et moderniser l'administration.

Le secrétaire d' État au numérique a également annoncé, en présence d'Henri Verdier, le directeur de la DINSIC, l'arrivée prochaine d'un Coordonnateur interministériel pour la mise en œuvre de la stratégie d'intelligence artificielle, une mesure préconisée par le rapport Villani.

Cette nouvelle initiative a aussi pour but de réinventer les métiers du service public en créant une communauté d'innovateurs publics, engagés dans la transformation numérique de l'État. Depuis deux ans, la DINSIC accompagne ce mouvement, avec l'opération «Entrepreneur.e d'Intérêt Général», dont la troisième promotion est en cours de recrutement. Ce programme a pour objectif d'ouvrir l’administration à des talents du numérique pour résoudre des défis d’intérêt général au sein des ministères. La multiplication des start-up d'État et la mise en place d'un réseau de laboratoires d'innovation dans les ministères et les territoires traduisent également l'engagement de l'État de faire émerger les méthodes agiles et les techniques d'innovation au sein des administrations françaises.

La transformation numérique des services publics est aussi un enjeu de compétences, avec des besoins en développeurs, en data scientist ou encore en chefs de projet capables de mener des expérimentations en moins de six mois.

L'intelligence artificielle représente un peu le point culminant de la révolution numérique, précise Henri Verdier.

Avec cette nouvelle initiative, le gouvernement espère ne pas manquer le virage de l'intelligence artificielle qui s'impose chaque jour un peu plus dans l'économie et la société.

En savoir plus

Piloté par la direction interministérielle pour la transformation publique (DITP) et la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat (DINSIC), cet AMI s’inscrit dans le cadre du fonds « Transition numérique de l’État et modernisation de l’action publique » du programme d’investissements d’avenir (PIA). La Caisse des dépôts et consignations (CDC) en est l’opérateur administratif et financier. Le Secrétariat général pour l'investissement (SGPI) coordonne l’ensemble du PIA.

Destiné aux opérateurs directs de services publics au niveau de l'État (ministère, opérateur national, etc.), cet AMI s'adresse essentiellement à des acteurs publics désireux d'expérimenter à la fois des approches (techniques d'intelligence artificielle) et des modes de travail innovants (méthodes "agiles") pour aborder sous un autre angle leurs problématiques métier.

Pendant 10 mois (sur la période 2018 et 2019), les lauréats bénéficieront d'un accompagnement :

  • technique, pour monter en compétence sur les technologies d'intelligence artificielle,
  • stratégique, pour appréhender la transformation du métier associée aux technologies d'intelligence artificielle.

À la clé ? Un prototype fonctionnel expérimenté auprès d'utilisateurs (agents ou administrés).
Les lauréats seront sélectionnés sur les critères suivants :

  • Bénéfices potentiels internes et externes pour l'action publique, liés à l'utilisation de l'IA sur le périmètre métier proposé ;
  • Pertinence technique du projet ;
  • Composition de l'équipe d'agents publics impliqués dans le projet ;
  • Existence et accessibilité des données nécessaires ;
  • Prise en compte des risques éthiques.

> Postulez à l’appel à manifestation d’intérêt « Programme d’amorçage pour développer le recours à l’intelligence artificielle pour la transformation des métiers et de l’action publique » sur www.demarches-simplifiees.fr/commencer/ami-intelligence-artificielle

 

Une réunion d’information se tiendra le 27 juin 2018 de 10h à 12h30 au 20 avenue de Ségur, Paris 7e, pour présenter plus en détails cet appel à manifestation d’intérêt. S’inscrire à la réunion d’information

 

Pour plus d’informations sur l’appel à manifestation d’intérêt : ami-intelligence-artificielle@data.gouv.fr