Timothée Paris : « Il faut s’appuyer sur le numérique pour développer la citoyenneté »

Le 17 octobre 2018

L’étude annuelle 2018 du Conseil d’État, intitulée « La citoyenneté. Être (un) citoyen aujourd’hui », rendue publique le 27 septembre dernier, explore la notion de citoyenneté sous toutes ses facettes. Réfutant l’idée d’une crise de la citoyenneté dans sa globalité, l’étude annuelle fait ressortir plutôt une crise du statut de la citoyenneté, ébranlée par 3 phénomènes : la crise de confiance entre les Français et le système de représentation politique, l’incompréhension face à la persistance de fortes inégalités et une perception brouillée des devoirs inhérents à la citoyenneté. Ce document, qui constitue une source de référence sur des questions d’intérêt général, met également en évidence des formes rénovées et innovantes d’expression de la citoyenneté.

Le succès du Service civique, le regain de l’engagement associatif sur le terrain et la vitalité du mouvement de la civic tech illustrent ce renouveau de la citoyenneté. Sur la civic tech, l’étude salue cette nouvelle forme d’expression citoyenne, mais pointe aussi les limites de la citoyenneté numérique (problème de représentativité comme dans le monde physique et de sécurité des plateformes numériques).  Afin de remédier à ces travers, les auteurs de l’étude préconisent notamment la création d’un Observatoire des Civic tech, qui pourrait être rattaché au Conseil national du Numérique.

Timothée Paris, maître de requêtes au Conseil d’État et rapporteur général adjoint de la section du rapport et des études, est spécialiste du numérique au Conseil d’État. Il a accordé une interview à la revue Horizons publics à l’occasion de la publication de l’étude annuelle 2018 au Conseil d’État.