Quand les villes américaines s’emparent de l’innovation publique

Mayors Challenge 2018
©Fondation Bloomberg.
Le 5 décembre 2018

Denver, Durham, Fort Colins, Georgetown, Huntington, Los Angeles, New Rochelle, Philadelphie et South Bend sont les 9 villes lauréates du concours 2018 des maires américains, lancé par la fondation Bloomberg. Créé par l’ancien maire de New York et homme d’affaires Michael Bloomberg, ce concours soutient financièrement les villes qui innovent en associant plus étroitement les habitants.

Tester des idées audacieuses et inventives, adopter de nouvelles pratiques d’innovation, trouver des solutions plus créatives sont quelques-unes des ambitions de ce concours destiné à soutenir l’innovation publique dans les grandes villes américaines. « Les maires de tout le pays s’attaquent aux grands problèmes que Washington ignore. Ce concours est conçu pour aider à en faire encore plus, en encourageant et en soutenant de nouvelles idées ambitieuses et réalisables », a déclaré fin octobre Michael Bloomberg, à l’occasion du City lab 2018 de Detroit. Les neuf villes américaines lauréates bénéficient d’une bourse de 1 million de dollars chacune pour développer leurs projets.

La transition écologique et l’action sociale au cœur des expérimentations

Capteurs de pointe pour mesurer la pollution de l’air autour des écoles et informer les habitants en temps réel à Denver, modes de transport alternatifs à la voiture à Durham, logements plus sûrs et plus économes en énergie pour les locataires à faible revenu à Fort Collins, installation de panneaux solaires et de batteries dans les maisons des habitants de Georgetown, installation de professionnels de santé mentale dans les urgences des hôpitaux d’Huntington pour mieux traiter et éviter les overdoses des consommateurs d’opioïde, construction d’unité d’habitation secondaire dans les maisons individuelles de Los Angeles pour résoudre la crise des sans-abris, recours à la réalité virtuelle pour rendre plus visible et plus compréhensif les projets de développement de la ville de New Rochelle, création des « juvenile justice hub » pour les jeunes de moins de 18 ans à Philadelphie pour leur éviter d’aller directement aux postes de police habituels et partenariat avec des sociétés de covoiturage et des employeurs à South Bend pour encourager la mobilité des travailleurs à faible revenu et à temps partiel. Autant de solutions innovantes qui associent plus étroitement les habitants. Une piste à suivre pour les grandes villes françaises ?

Sylvine Bois-Choussy : « Ce concours soutient l’expérimentation d’approches nouvelles avec les habitants »

Sylvine Bois-Choussy
©Sylvine Bois-Choussy.

Cheffe de projets coopération internationale à la 27e Région, Sylvine Bois-Choussy est responsable du partenariat avec la fondation Bloomberg.

Quelle est l’originalité de ce concours ?

Le Mayors Challenge est l’un des 8 programmes dédiés à l‘innovation publique de la fondation Bloomberg. L’objectif de ce concours est de soutenir le développement de réponses inédites et réplicables, par les villes, pour les grands défis qui les traversent. Lorsqu’elles candidatent, les villes entrent dans un programme d’appui en plusieurs étapes pour préciser et développer leur idée initiale. 35 d’entre elles reçoivent ensuite un financement pour tester leur idée, puis 5 d’entre elles recevront une nouvelle bourse d’1 million de dollars pour la passer à l’échelle. Il s’agit donc aussi d’un programme d’accélération, de mise en réseau, de transfert d’expérience entre les villes participantes et plus largement celles qui participent du réseau de la Fondation. Le Mayors Challenge illustre bien la vision de Michael Bloomberg sur l’avènement des gouvernements locaux, en première ligne face aux défis qui traversent nos sociétés, et premiers lieux d’expérimentation de solutions et d’approches nouvelles, au plus proche des habitants.

Los Angeles a imaginé une solution innovante pour résoudre la crise des sans-abris. En quoi consiste cette solution ?

La population de Los Angeles a connu un essor massif en moins de dix ans. La croissance économique de la ville attire entreprises et emplois, mais elle a également entraîné une hausse des prix du logement, le déplacement des locataires les plus précaires, l’augmentation de la population de sans-abris qui a crû de 20 % l’année passée pour atteindre 28 000 Angelenos. La mairie s’est fixé l’objectif de création de 100 000 nouveaux logements d’ici 2021. L’équipe d’innovation a imaginé un portfolio de réponses de natures et d’échelles diverses, dont le projet pilote d’Accessory dwelling unit (unité d’habitation secondaire). Le tissu urbain de Los Angeles est majoritairement composé d’un damier d’habitations individuelles. Le projet consiste donc à faciliter, y compris juridiquement, la construction de nouveaux logements sur les terrains de ces maisons individuelles, et à chercher à comprendre les mécanismes qui aideront les propriétaires à louer ce type de logement à des personnes précaires pour répondre aux besoins de la ville.

Cette innovation est-elle transposable dans les grandes villes françaises, confrontées à la même problématique ?

Plusieurs initiatives sont déjà lancées : le projet BIMBY (build in my backyard) repose également sur l’hypothèse de densifier la ville en mobilisant le foncier des tissus pavillonnaires existants. Autre exemple, l’un des projets proposés dans le cadre du budget participatif à Lille concerne la construction de 9 Tyni-houses qui permettront d’héberger des personnes en grande précarité (familles de réfugiés, SDF, familles Roms, etc.).