Revue

Dossier

Sud Ouest : un quotidien engagé sur les enjeux de santé

FSA2020
Le 22 mai 2019

Depuis deux ans, le quotidien Sud Ouest organise, à Bordeaux, un Forum Santé et Avenir (FSA). Deux journées d’échanges programmées, en collaboration avec le think tank Stratégie Innovations Santé et un conseil scientifique spécialement constitué pour cet événement, devenu, en deux éditions seulement, un rendez-vous incontournable. Une stratégie payante pour le journal qui explique ses choix dans un domaine où on n’attend pas forcément un média régional. Entretien avec Stéphane Vacchiani, journaliste et directeur du développement événementiel du journal Sud Ouest.

Pourquoi un journal comme Sud Ouest organise un forum santé ?

D’abord il y a le contexte. Depuis près de quatre ans Sud Ouest (deuxième plus important quotidien régional de France en termes de diffusion) diversifie ses activités traditionnelles que sont l’information, papier et magazine et sur le web, vers d’autres supports dont le live journalisme. Il s’agit de traiter des sujets d’actualité, de fond, dans le cadre de conférences, de tables rondes, etc. Près d’une quarantaine d’évènements de ce genre ont eu lieu l’an passé. L’organisation de ce Forum Santé et Avenir (FSA), depuis deux éditions, fait partie de cette stratégie : informer le lecteur autrement, lui proposer d’aller plus loin, etc. Nous prolongeons notre projet éditorial via ces évènements qui donnent du sens à notre travail de média, qui plus est un média comme le nôtre, régional.

Mais pourquoi la santé ?

C’est l’un des thèmes des plus attendus par nos lecteurs, internautes et mobinautes. C’est aussi la première préoccupation des Français devant l’emploi. On doit cela aux lecteurs de Sud Ouest qui ont déjà un rendez-vous hebdomadaire santé, chaque lundi, dans nos pages, avec le concours d’Isabelle Castera, journaliste chargée de ces sujets. Mais c’est aussi très souvent, plusieurs fois dans nos pages chaque semaine, que l’on retrouve via cette consœur, ou d’autres journalistes du siège et des agences départementales, des sujets sur la santé. Vieillissement démographique, fracture des territoires dans l’accès aux soins, révolution numérique et avènement de l’intelligence artificielle, droits du patient, etc., sont autant de thèmes que l’on traite. Il était logique que dans notre volonté de développer des événements à partir de nos contenus, la santé soit une priorité. « Avec le FSA, souligne Patrick Venries, président de Sud Ouest, le journal s’engage à jouer pleinement son rôle de média pour identifier les enjeux, les décrypter. » Nous le faisons avec des collèges élargis de spécialistes et d’experts, pour mieux le partager avec nos lecteurs. On a d’ailleurs constitué un conseil scientifique spécifique pour cette manifestation que nous réunissons à Sud Ouest tout au long de l’année pour décider et valider des contenus du FSA avec le concours du think tank Stratégie Innovations Santé de Roland Michel, délégué général et Solange Ménival, présidente du conseil scientifique.

En quoi est-ce une thématique intéressante ?

« La santé relève à la fois de l’intime et du bien commun », écrivait Christophe Galichon, directeur des opérations à Sud Ouest, à l’occasion du deuxième forum. Je pense que c’est la meilleure réponse, une bonne raison de s’y intéresser tous. D’autant que les progrès et les innovations sont très excitants à suivre. La Nouvelle-Aquitaine, région partenaire du forum, regorge d’entreprises, de start-up innovantes dans le domaine de la santé, etc. Et c’est là encore le rôle d’un média comme Sud Ouest de rendre compte des solutions qui naissent sur les territoires.

Que retenez-vous de ces deux premières éditions ?

Des débats riches, des ateliers denses et… beaucoup de sourires. Nous avons eu des retours très positifs sur ces deux éditions et plus encore sur la deuxième que l’on a beaucoup fait progresser sur la forme. On a recentré la manifestation dans Bordeaux et rendu son accès plus aisé. Ce n’est pas anodin quand on cherche à faire venir du monde, bien que l’événement soit plus B to B que grand public. On réfléchit d’ailleurs à un modèle différent pour l’an prochain afin, justement, d’associer davantage le grand public à cette réflexion qui le concerne tant.

Il y aura donc une troisième édition ?

On vous l’assure ! La date n’est pas totalement arrêtée mais ce sera au premier trimestre 2020, toujours à Bordeaux. On travaille déjà sur les contenus des ateliers – vingt-et-un cette année – et des conférences. Nous réfléchissons aussi à mieux valoriser les stands (commercialisés comme l’ensemble de cet événement par notre régie Sud Ouest Publicité et particulièrement Jean-Philippe Neyrolles). Ils doivent, plus encore l’an prochain, être des lieux d’échanges. Le FSA est devenu un point de passage obligé comme en témoigne la fidélité de nos partenaires, de l’ARS, à l’URPS médecins libéraux ou encore la Mutualité française et des labos. Dans les critiques constructives que nous avons eu cette année nombre de participants nous ont demandé de leur laisser du temps pour cela : pour se retrouver…

A lire aussi