En gironde, la cousinade fédère toutes les bonnes initiatives

Cousinade 2020 en Gironde
La démarche Riposte Créative Territoriale (La Labo d’Innovation du CNFPT et la communauté de l’innovation publique territoriale) s'est associée le 15 juin dernier à la Cousinade inter-réseaux de la Gironde en proposant aux acteurs territoriaux de l’innovation publique et sociale un temps apprenant et de co-construction d’un futur commun désirable par des premiers pas de ré-initialisation « ensemble ».
Le 14 octobre 2020

Lancée il y a cinq ans, la démarche se veut englobante de toutes les bonnes initiatives de terrain afin que ces dernières imprègnent les politiques publiques. Une convergence d’acteurs institutionnels et associatifs vers un même objectif de résilience territoriale.

À l’heure où le pays, dont les institutions ont été bousculées par la crise sanitaire, cherche à se réinventer, certains territoires sont plus en avance que d’autres dans la « manière de faire ». C’est le cas de la Gironde : depuis cinq ans, dans le cadre d’un concept appelé « la Cousinade », se réunissent plus de 200 collectifs engagés pour les transitions sociale, écologique, alimentaire, pédagogique, énergétique, démocratique, économique, etc. On y trouve, pêle-mêle, des groupements divers : Territoires en transition, Colibris, Agenda 21 locaux, acteur·rices de l’éducation pour un développement durable et de l’éducation populaire, explorateur·rices de l’écosystème d’innovation publique LaBase, protagonistes de l’innovation sociale, collectivités girondines, associations et collectifs citoyens, acteurs publics et privés, animateur·rices de la participation citoyenne (groupe d’échanges de pratiques avec l’institut de la concertation), acteur·rices de la responsabilité sociétale, jardiniers alimentaires, chercheur·ses, change makers, porteur·ses d’envies et de projets, tribu du changement, etc. Autant d’entrées, de vécus, d’initiatives et d’expériences dont la mise en perspective peut permettre à d’autres de s’inscrire dans une dynamique similaire et faire fructifier ce qui marche. Car la coconstruction, dans sa méthodologie, s’appuie nécessairement sur l’interdépendance des acteurs. Le temps des silos a vécu.

Le Conseil départemental de la Gironde à l’impulsion

La cinquième édition de la Cousinade a eu lieu le 15 juin 2020 dans un contexte inédit de déconfinement progressif. La forme s’est adaptée : petits présentiels, visio-conférence, outils collaboratifs, etc. Les bonnes idées ont emprunté des chemins divers. Jean-Luc Gleyze, président du conseil départemental (CD) de Gironde, a ouvert les débats : « Dans notre collectivité, indique-t-il, nous avons adopté le principe d’une résilience territoriale, lancée en juin 2019 et justifiée, Ô combien, par la crise du covid-19. » Au cœur de la crise, le président de l’institution départementale a précisé la démarche : « Passé le choc, nous revivrons, au sens où nous renaîtrons. Faisons-en sorte que cette renaissance nous permette précisément de ne plus revivre les mêmes tragédies. Nous pourrons ensemble sortir plus fort de cette épreuve en tirant des leçons de nos erreurs et en inventant de nouvelles manières de vivre, plus respectueuses de la nature et donc, aussi, de l’Humanité. Pour cela, solidarités et coopérations devront jouer à tous les niveaux : entre citoyens, entre élus et citoyens, entre institutions, entre les sphères publique et privée, etc. À l’imbrication des risques aux échelles nationale et locale, nous devons répondre par une imbrication des solutions solidaires aux mêmes échelles. À l’intensité du choc qui nous percute aujourd’hui, nous devrons répondre par une intensité nouvelle dans notre rapport à l’autre. Le dévouement de toutes les personnes qui maintiennent actuellement notre pays en vie acte cette priorité. » Lors de la Cousinade, il a rappelé que « les solutions solidaires peuvent former la base des solutions. Nous devons apprendre pour comprendre et former ainsi le socle d’une société plus solidaire. Dans cette période, les résistances se sont transformées en opportunité de changement. Il faut transformer l’essai, assure-t-il. »

La cinquième édition de la Cousinade a eu lieu le 15 juin 2020 dans un contexte inédit de déconfinement progressif. La forme s’est adaptée : petits présentiels, visio-conférence, outils collaboratifs, etc.

« Renouveler l’énergie des échanges »

De son côté, Corinne Martinez, présidente de la commission Agenda 21 et développement durable, conseillère départementale du canton La Brède au CD girondin, insiste sur le fait que cette « cinquième édition montre à quel point la démarche ne faiblit pas et porte en elle les germes d’une transformation ». Patrick Viveret, philosophe et essayiste altermondialiste, ancien conseiller, maître à la Cour des comptes, auteur du rapport Reconsidérer la richesse, et initiateur de l’archipel citoyen Osons les jours heureux, explique la démarche : « Comme le dirait Édouard Glissant, “ce lieu est un commun qui n’appartient à personne, qui n’a pas de racines’’. Le pouvoir n’a de sens que s’il s’appuie sur des compléments. Si l’on veut créer du nouveau, parce que le monde change, il faut avoir la capacité de renouveler l’énergie des échanges. Et ce changement doit pouvoir émerger de la joie de vivre, afin que l’autre devienne une raison pour moi d’être heureux. » Alain Blanc, du collectif Gironde en transition, assure que ce groupement de quinze associations créé au début des années 2000, est déjà dans le concret : « L’effondrement de notre société a déjà commencé. Ce n’est pas une raison pour baisser les bras. Nous sommes dans l’agir. Nous avons réuni plus de mille signatures autour d’une pétition sur la résilience alimentaire de la Gironde. Et nous pensons que la priorité est justement que les expériences locales soient mises en œuvre au plus vite pour démontrer que le changement peut se faire dans le bonheur et pour le bien-être de tous, affirme-t-il. » Tout au long de la journée, ces « expériences locales » ont été présentées. La démarche de « cousinade » se propose d’être un lieu où les bonnes idées, en se généralisant, élargissent la base d’un mieux-être collectif.

×
×

A lire aussi