Les nouveaux imaginaires de l'action publique territoriale

Il n’y a pas d’institutions publiques, ni d’ailleurs de société, sans un imaginaire qui les fonde. Au quotidien, celui-ci se dissimule derrière la « réalité » et les « problèmes à résoudre », au point qu’on finit par l’oublier. Mais quand la confiance dans le progrès se heurte au mur écologique ; quand les inégalités fragilisent le pacte démocratique ; quand l’idée d’effondrement devient une perspective plausible, nous voilà ramenés aux fondamentaux : à partir de quoi faisons-nous société ? Sur quelles bases et avec qui pourrions-nous nous accorder pour changer de direction?

Dans ce numéro d’Horizons publics, il est question d’art et de fiction, de récits, d’imagination individuelle et collective, tissés par et avec des acteurs des territoires, y compris inhabituels : un fleuve, une faune des plantes, qui dépendent de nous comme nous dépendons d’eux. S’y exprime une conviction : il n’existe pas de réponse technique aux questions essentielles qui se posent aux territoires et aux acteurs publics. Le chemin passe par une reconnexion au sens même de leur existence, par une remise en jeu de ce qui importe, par une refondation des récits, images et mythes qui font communauté : par les imaginaires.

Invité de la revue : Daniel Kaplan, co-fondateur de l’Université de la pluralité.

Au sommaire