Le lanceur d’alerte et le conflit d’intérêts dans la fonction publique

Le 15 octobre 2018

Depuis le 9 décembre 2016[1], il existe un mécanisme de protection pour les lanceurs d’alerte qui auraient été témoins de faits potentiellement constitutifs d’un conflit d’intérêts. Pour renforcer la lutte contre les conflits d’intérêts et la corruption, l’État a mis en place l’Agence française anticorruption (AFA), qui a succédé au Service central de prévention de la corruption (SCPC), dans le but de lutter efficacement contre les conflits d’intérêts.

OU
Abonnez-vous à la revue des Horizons publics
Formule intégrale
6 numéros + 4 hors-séries + accès lllimité au site et aux archives
S'abonner

A lire aussi