Giulia Reboa : « Les Avant-premières ne sont pas un prix de l'innovation publique mais une démarche de valorisation des pratiques professionnelles des agents publics »

Giulia Reboa
Giulia Reboa
Le 26 octobre 2020

Giulia Reboa, la présidente de l'association FP21 - Fonction publique du 21e siècle, s'était confiée en février dernier à Horizons publics pour annoncer le lancement des "Avant-premières de l'action publique", une initiative originale pour valoriser le travail des jeunes agents publics et les coacher pour aller encore plus loin. Initialement prévue en mars dernier et autour de 12 enjeux essentiels pour l’action publique d’aujourd’hui et de demain, l'initiative a été stoppée nette par la crise du Covid19.

 

Après plusieurs mois d'hésitation et d'incertitude liées au contexte sanitaire, les équipes de FP21 ont décidé de relancer "les Avant-premières de l'action publique" autour de six enjeux forts pour préparer l'administration au monde d'après : le numérique ; le management et la diversité ; l'action publique citoyenne et les communs ; l'action publique partenariale et inter-administrative ; la gestion de la crise sanitaire ; l'écologie, la résilience, les ruralités et la ville.

 

L'évènement aura lieu le 26 novembre prochain, à partir de 18h30, de manière totalement dématérialisée si besoin. Les agents publics sont invités à envoyer leur projet et à candidater jusqu'au 20 novembre, et une visio avec l'équipe organisatrice est prévue mardi 27 octobre à 18h pour répondre à toutes les questions.

 

Horizons publics, fidèle à sa ligne éditoriale d'ouverture et d'exploration des nouvelles manières de faire l'action publique, est partenaire média de cette initiative.

Quelles sont les spécificités des Avant-premières de l'action publique ?

On avait envie de réunir des agents expérimentés et des jeunes agents publics pour favoriser la rencontre, l'échange et la coopération. Du coup, on ne veut pas féliciter un agent qui serait le meilleur dans sa catégorie car il a mené un super projet il y a deux ans. On souhaite que ce jeune agent puisse plutôt questionner et améliorer ces pratiques sur son travail du moment. On est souvent un peu seul face aux difficultés qu'on rencontre au quotidien, que le projet soit perçu comme innovant ou pas d'ailleurs. Tout le monde peut postuler, ce qui compte, c'est la curiosité qui nous anime et la créativité que l'on souhaite développer.

Cette initiative sera une occasion unique de se faire rencontrer dans le cadre d'ateliers thématiques des personnalités ressources qui font vraiment l'action publique et de jeunes agents publics en devenir qui souhaitent transformer l'administration.

Les Avant-premières ne sont pas un prix de l'innovation publique mais une démarche de valorisation des pratiques professionnelles efficaces, inclusives et durables. Si vous travaillez, et que vous travaillez bien et questionnez vos pratiques pour "bien faire", vous êtes bienvenus ! Tous les agents publics sont soumis au principe d’adaptabilité, donc nous n’avons rien à envier aux communautés de la transformation publique.

L'idée est, en somme, d'objectiver les réflexes professionnels qui permettent de bien faire son travail, et cela peut-être l'innovation publique, mais aussi l'engagement, l'écoute, la bienveillance, la lenteur ou encore la répétition. Le changement et l'innovation n'ont rien de bon en tant que tels !

Vous avez souhaité justement recentré la soirée autour de 6 enjeux forts au lieu de 12. Y figure notamment l'enjeu de "la gestion de la crise sanitaire". Pourriez-vous nous en dire plus sur ces six catégories dans lesquelles peuvent concourir les agents publics ?

On a essayé de lister les thèmes dont on avait envie de parler collectivement, FP21 mais aussi nos alliés sur ce projet Oyena, Profil Public, Vraiment Vraiment et la 27e Région. Souvent quand on parle d'action publique, on est enfermé dans les questions de statut, d'organisation et maintenant d'innovation publique. Les défis du siècle sont encore trop souvent invisibilisés ou abordés d'un point de vue technique, ce qui ne permet pas d'en poser les grands enjeux et de mobiliser différents types d'acteurs.

Par exemple, sur le numérique, il faut ouvrir les échanges à tous les agents concernés, et pas seulement aux Startup d'État. De même, sur les questions de genre ou de lutte contre le racisme, chaque agent public peut décider d'avoir une attention spécifique à ces questions dans sa mission : qui est mon public ? ma cible est-elle inclusive ? suis-je témoin de propos sexistes ou racistes, et comment puis-je y remédier ? Ou encore, sur les communs, c'est avant tout une question de posture de l'agent, qui peut à tout moment se demander comment il peut ouvrir la manière dont il conçoit son dispositif, dont il délivre un service, dont il interagit avec les citoyens.

Quelle sera la récompense pour les premiers lauréats 2020 ?

La première récompense je dirais que c'est de participer à la valorisation des jeunes agents publics et de missions d'intérêt général qui font une action publique utile, équitable et résiliente.

On vient d'abord pour participer à une dynamique collective, et notamment pour réfléchir à ses pratiques, à son métier avec des acteurs publics de tous horizons.

Le prix remporté prend la forme d'un ticket pour une séance d'accompagnement personnalisé par une équipe pluridisciplinaire des Halles Civiques pour gagner en marge de manœuvre sur son projet. C'est exactement ce que nous avions fait lors de la semaine de l'innovation. On avait eu de super retours !

Quelle vision de l’innovation publique souhaitez-vous valoriser dans le cadre de ces Avant-premières ?

Justement on ne veut pas valoriser l'innovation publique ! C'est extrêmement excluant pour la majorité des jeunes agents publics. On aimerait donner à voir et encourager le bricolage, le fait de trouver une petite marge de manœuvre dans son quotidien en questionnant la manière dont on pense, dont on parle, dont on fait notre mission d'intérêt général. Tout le monde peut essayer de repolitiser - c'est à dire de donner du sens - à son action, sans passer par un lab, une startup ou une équipe d'entrepreneur d'intérêt général.

Les premiers projets déposés pour concourir aux Avant-premières de l'action publique

  • Démocratiser les mots du numérique dans une administration avec la coproduction par des néophytes d'un journal papier sur ce sujet;
     
  • Élaborer une plateforme numérique pour assister les usagers dans la constitution de leur dossier de demande d'urbanisme et interface pour la pré-instruction de ceux-ci avec l'unité départementale de l'architecture et du patrimoine;
     
  • Créer un réseau des agents publics des outre-mers autour du développement durable;
     
  • Donner du sens à son travail aux stagiaires, nouveaux arrivants au sein du service avec la mobilisation de l'écosystème d’acteurs concernés par la politique menée par le service;
     
  • Etudier la France rurale du XXIe siècle sous l’égide de la transition énergétique dans un mémoire lors d’une scolarité dans une école de service public;
     
  • Organiser un réseau d’entraide pour les jeunes issus de l’immigration et de milieu sociaux défavorisés lors de leur prise de poste au sein de la fonction publique.

 

 

×
×

A lire aussi